15/02/2006

Petites pensées un jour de St V.

  • Ce soir, expression corporelle dans la gueule pour ceux qui peuvent. Pour le moment, c’est bien la seule chose dont j’ai envie. Je suis si fatigué.
  • Ce matin, Madelin à la télé. Madelin, c’est pas vraiment mon préféré mais bon, quand il massacre Breton sur sa cucuerie arcelelorienne, je ne peux que frémir de plaisir devant quelqu’un qui, au moins, ne joue pas sur les deux tableaux. Parce que Breton qui la joue au capitalisme responsable et patriotique, j’ai quand même un peu de mal à ne pas me pisser dessus de rire.
  • Ariel Sharon n’est pas encore mort. Sans l’aduler comme il a été dans l’air du temps (dès juillet-août et surtout dès janvier) ni le vouer aux gémonies comme il était de bon ton de le faire auparavant, Sharon et ses façons de bulldozer défoncé aux falafels m’a depuis longtemps fasciné. Il n’occupe plus le devant de la scène. Seul son gros colon le fait pour lui. Il s’agit d’une bien triste fin pour un homme de cette envergure (et de cette corpulence).
  • Le Nigéria traite l’épidémie (euh, épizootie faut-il dire je crois, bandes de snobs merdeux avec votre verbiage creux et faussement précis) avec l’efficacité et le professionnalisme qu’on lui a toujours connu. Enfin, cette photo de mec habillé en tenue NBC tenant son AK47 et flinguant des autruches dans le nord du pays aura ravi tous les amateurs d’exotisme. Je me demande si le flic va garder sa si célèbre tenue pour aller rançonner les minibus sur les routes après.
  • Poulet nigérian 2. Enfin le pays des merveilles qui revient sur l’avant plan. Entre les enlèvements dans la région de Warri, les soulèvements dans le delta réprimés par l’armée et l’empoisonnement des puis et le bordel que va générer la grippe aviaire, la chanson de Piaf me revient en tête…Tu me fais tourner la tête…mon manège à toi, c’est ça…
  • Poulet nigérian 3. La solution pour tous les problèmes de poulet : la lapidation. Dans la région de Kano et de Kaduna, ils connaissent bien, de toute façon. Dans le sud, je me demande comment on va passer le pneu autour du poulet avant de l’imbiber d’essence et de l’allumer.
  • St Valentin blues. Par rapport à l’année dernière, fort troublée elle aussi, état hélas stationnaire. J’ai l’impression d’être ballotté comme un vieux porte-avion bourré d’amiante et dont personne ne voudrait. Ne m’appelez plus jamais « Clemensssooooo…. », la France m’a abandonnééééé. Et pas qu’elle d’ailleurs, salopes !
  • Des envies de Nine Inch Nails par cette journée de petites joies.
  • Parfois, on dit de grosses conneries devant les caméras. En France, pas plus tard que il y a peu, Georges Frèches a dû s’en rendre compte. Ce qui était assez dérangeant dans la séance j’imagine amputée à laquelle j’ai assisté, c’était qu’au début, j’ai cru qu’il s’agissait d’un meeting du FN. Pour une fois que il y en a un qui ne ressemble pas à Royale, Strauss Kahn, Fabius et Hollande…Enfin, moi, pour ce que j’en dis. Pauvre PS Français.
  • L’idée de péter un plomb et de massacrer à coups de talons quelqu’un refusant l’affection offerte me semble de moins en moins étrange. Tout en me mettant des limites encore, je commence à comprendre le profond désespoir et la rage folle qui peut en venir, quand une fois encore toutes ses puériles intentions se retrouvent jetées à bas sans le moindre égard. J’ai envie de relire « je ne t’ai jamais aimé ».
  • Clémensssooooo 2. Ou comment perdre 30 tonnes d’amiante comme ça, hop, les yeux fermés. Amusant quand même comme les médias peuvent forcer un état à revoir ses décisions les plus médiatiques. Une grande victoire des façades dans un monde d’image une fois encore.
  • Darry Cowl, alias le canaillou, nous a quitté, comme on se doit de dire. Parti, a plus. Sans commentaires. Si ce n’est une pensée émue pour J., grand fan de kitscherie devant l’éternel et qui doit commencer à craindre pour son Bernard Menez chéri.
  • Une fois encore, on me dit que j’ai les mains fines et délicates, petites en quelques sortes. Je vais finir par regretter de ne pas avoir de poils sur les doigts et des gros battoirs d’artisan boucher. C’est bien décidé, je retourne à ma froideur. Fini de sourire. Et mon poing dans la gueule, c’est quand vous voulez.
  • Rêvé de M. cette nuit. Elle m’explique que elle est heureuse dans son mariage. Elle porte au doigt une étrange alliance avec son nom marqué dessus, à l’extérieur, en lettres capitales. C’est gros et, connaissant son goût pour le tape à l’oeil, ça a dû coûter fort cher. Je la trouve belle. Elle a toujours été belle. Elle me demande ce que je deviens. Nous nous entendons bien, fait étonnant et assez rare ces derniers temps pour être souligné. Je lui raconte cette solitude subie, croissante et pas toujours bien vécue que je traverse. Elle sourit. Me dit que cela viendra bien à un moment ou à un autre, ce qui est une litanie qu’on ne cesse de me répéter. Je lui dis que quand elle aura deux enfants et qu’elle sera divorcée, on se mariera ensemble. Elle sourit. Je me réveille.
  • Première annulation de carte bancaire cette année. Oublié dans la machine dans un self banque. Chez mon lombard malhonnête, on ne réagit même plus à mes distractions. Je sens que j’ai mis la barre encore plus haut cette année. Ca m’inquiète.
  • J’ai envie d’aller au Chili. Ca me fait juste chier d’y aller seul. Je suis en train de me dire que je serais prêt à fournir le billet à toute personne acceptant de supporter ma petite personne un tantinet. Quelqu’un vient ?
  • En France, on lynche les juges pour oublier qu’un système est faillible et qu’il peut devenir une superbe machine à broyer quand les rouages ne jouent plus leur rôle. Ou comment soigner l’exception par l’exception. Bref, à l’abjection légitimée suit l’abjection légitimée une fois encore. A quand la tonte publique ?
  • Bon, on touche le fond je crois. Dur d’être détaché et décontracté du gland quand on doit annoncer à son employeur que sa belle voiture a été retrouvée exactement à l’endroit où elle avait été garée un mois plus tôt (dans une belle rue boisfortienne) et que finalement, elle n’a peut-être pas été volée autant que on avait pu me le faire croire. Difficile néanmoins, par les liens du sang, d’étrangler sa petite sœur à l’origine de toute la confusion (tu vas rire, le voisin aussi il a une voiture comme ça et j’ai dû confondre voilà tout et comme elle était plus là j’ai été porter plainte pour vol c’est tout c’est bête hein ?).
  • En soi, passé une bonne St V. J’ai mal partout, bras et cuisses, les abdos douloureux à force de recevoir dedans des coups de pieds, même légers. Je suis couché sur mon lit, je regarde distraitement un bon vieux Private  sur XXL avec une Kronembourg. Je m’endors en lisant American Psycho.
  • A ce qu’il parait, il y a les jeux olympiques quelque part. C’est certainement très bien, mais bon, j’ai pas le temps, il y a un film de bourre sur XXL que je n’ai pas encore vu, ce qui est fort étonnant.

20:09 Écrit par Lester | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.