11/01/2008

Plat du jour au 11/01/2008 et petites pensées du jour les jours de libération trop médiatiques

bud_in_edenville

Plat du jour. De méchants sandouiches récupérés d'une énième réunion de management, qu'on nous amène avec une certaine bonhommie. Que j'ai de bons employeurs.

Musique du jour Bud Powell, Holidays in Edenville. La voix de Powell appelant derrière tout son alcool  Johnny Griffin dans Hot House...Je défaille de ce morceau.

Lecture du jour. "monstres invisibles". Loin d'être le meilleur mais néanmoins bien mieux que le dernier Nicolas Ancion. Je ne supporte plus ce côté bruxellois branchouille qui narre son quotidien de bruxellois branchouille - à acheter par des bruxellois branchouilles. Je rêve de voir ce genre de livres en ventes sur la place du marché à Marchienne-Au-Pont ou dans le fin fond du Limbourg. Mais non, tout cela n'arrive jamais hélas.

Pensées du jour. Colombie blues. J'en ai rien à foutre des FARC. Rien à foutre de gnangnantisme aigu qui a saisi toute la planète le jour où une française de bonne famille a disparu. Pas plus des irakiens nettoyés entre eux de jour au jour, pas moins non plus. Et rien à foutre de cet ostentatoire besoin de défendre une démocratie de façade, si loin de tout cela.  Je préfère me taire sur le fond mazout et le reste, je commence à craindre un ulcère.

Europe Blues. J'écoute Hubert Védrine parler de l'Europe chez Kakelbergs. J'aime bien. Dans le climat de bons sentiments inutile et de culpabilité fausse, c'est plus que rafraîchissant, c'est salutaire.

-Privé blues. Je reçois des gommettes pour un petit acharnement du dimanche. Je reçois des confidences dont personne ne veut. J'assiste à de la psychologie de patron de PME, si certain de sa supériorité. Je fais ce qu'on attend de moi, je joue au moins intelligent. Ca plait beaucoup.

-Baby blues. La bête grandit bien. Je gagatise et ne m'en formalise pas. Il a des tonnes de surnoms plus idiots les uns que les autres. Je lui raconte des histoires d'infirmières lesbiennes, bien sûr nues sous leurs vêtements. Ca a l'air de moins l'intéresser que moi.

15:07 Écrit par Lester dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Le Limbourg va bien merci Bonjour, juste un petit mot en passant pour corriger un peu l'info plus haut:
1. je n'habite pas Bruxelles mais un village de l'Aude, après avoir vécu à Liège, Madrid et Bruxelles, oui, à une époque où ce n'était pas encore branchouille du tout ;-)
2. mon livre se lit bien plus ailleurs qu'à Bruxelles: j'étais le mois denier à Tournai, le précédent à Carcassonne, pour rencontrer des gens qui aiment beaucoup ces histoires de gens paumés (et pas branchouilles du tout à mes yeux) et n'ont jamais mis les pieds dans le Bruxelles que vous ne portez pas dans votre coeur;
3. Bien entendu, tout ceci ne vous empêche pas de préférer les monstres invisibles, hein, je précise ça juste pour vous éviter de tomber dans la caricature maladroite
4. d'ailleurs, j'ai rencontré une prof de français d'Hasselt, dans le Limbourg, qui fait lire mon dernier recueil de nouvelles à ses élèves, comme quoi... tout arrive
Allez, bonne conitnuation,

Nicolas

Écrit par : Nicolas Ancion | 06/02/2008

... Doux Jésus...je défaille...Serais-je enfin remarqué par le Gotha?

Mais bon, Monstres Invisibles était pas si terrible que ça (c'est dire pour le reste), par contre je ne peux que conseiller la lecture de "Les anges n'ont rien dans les poches", du fils Fante.

Allez, merci pour la correction de l'"info" (qui est du ressenti, pas de l'info, j'espère que cela t'es encore compréhensible) et bonne conitnuation à toi aussi.

Écrit par : F. | 10/02/2008

Les commentaires sont fermés.