25/01/2008

Petites pensées les jours de pas trop bien dormi.

billieyoung
Musique du jour - Billie Holiday Lester Young - He ain't got rythm.
Oui, ça m'arrive toujours, heureusement.

Plat du jour - à déterminer comme la rédaction pour le moment se situe plutôt le matin, de bonne heure, mais on s'achemine certainement vers un déliceux sanndouiche Kuborn avec son pain Salsa. Seraing (pour les pas de chez nous qui liraient ces quelques lignes, prononcer S'Rain', avec un "ain" très appuyé) nous ouvre enfin les portes de sa grande cuisine et de ses spécialités du terroir. Je ne peux que m'en réjouir et attendre fébrilement l'occasion de m'échapper pour enfin rejoindre femme, enfant, veaux, vaches et cochons. Mais on n'en est pas encore hélàs là.Lecture du jour - Baise-moi. Raccoleur au premier abord, menteur dans les citations (celle de Dostoïevski provenant elle même de l'apocalypse de St Jean (et là je fais mon "je brille dans le tram"). Et puis, je ne sais quoi dans les tournures de phrases qui font qu'on finit par y dénicher quelques trucs pas mal, et parfois même du assez bon. A statuer à la prochaine lecture.Humeur du jour. Je dois perdre du poids. Crédo européen qu'on n'entend pas annonné par Brigitte fontaine dans l'Europe, mais crédo européen néanmoins. Je cours donc à mes moments perdus. Cela permet de redécouvrir des merveilles musicales qu'à un moment ou à un autre j'ai emmepéé. Je cours donc. Josapha, Chaussée de Haecht, Helmet. La Bascule me semble loin. en plus, ici, ça ne fait que monter et descendre. Vraiment, Uccle me manque. Boulevard Lambermont, un gros truc moche avec des filles en vitrines. Sur des tapis, en maillots moulants et jolis ventres plats. Qui respirent la suffisance du cadre supérieure ou de la stagiaire européenne, la foi en un avenir européen meilleur et une nouvelle destinée pour Bruxelles où le français est une langue minoritaire, au même titre que le Moldo-Valache et le tchétchène. Je rentre. J'ai l'air d'un alien, avec mes cheveux gras de pas lavé (oui, la parentalité joue sur moi des tours plus qu'étrange et ce que je perds en langes, je le gagne en savon), mon vieux sweat de chez Celio, acheté ma première année de travail et un vieux training de chez Decathlon à fond la forme. Très poliment et très joliment, on me répond. Taille basse, tatouage au dessus des fesses, elle est désirable à fond. Me demande ce que je désire. Des renseignements, alors que la sauter serait plus près de la réalité. Elle doit bien avoir dix ans de moins que moi. Je glisse dans le pitoyable parfois. Je dois perdre du poids. Des renseignements. Déjà, je n'aime pas l'endroit. Le côté asceptisé, happy few me dérange un peu. On va me faire faire une visite, mais avant je dois remplir un petit papier m'identifiant. Vous n'avez pas de téléphone? Si. Alors, il faut en mettre un. Pourquoi? Parce que nous sommes un club privé. Croyez moi, cela n'est pas nécessaire. Je me permets d'insister. Non, je vous assure, cela n'est pas nécessaire. Fin de l'épisode. L'adresse mail est de toute façon conne, elle aussi. Nous visitons. Je prends en grippe l'endroit de plus en plus. Cela se sent. La visite s'écourte. Je demande quand même les tarifs de ce superbe endroit de différentiation sociale (lifestyle club, comme on dit maintenant). 250 Euros de frais de base + 75 + 15 / mois pour le parking et 25 pour un clef à la con pour suivre ton entrainement. Après, 85 par mois avec domiciliation. Comme je ne suis pas arabe, et que je n'ai pas défailli devant les prix, on me fait le coup standard de la super prime actuelle où les 250 euros tombent. Don 75 pour faire partie des happy few et 85 mensuellement pour le rester.  J'ai des envies de lancer une ASBL qui permettrait de financer l'abonnement de quelques gosses du quartier, bien chiants bien frustrés avec les hormones en pagaille et des idées pas bien claires, genres des petits cons de 15-16 ans qui pensent qu'ils ont tout à prouver, afin de les lâcher dans cet endroit bien propre. Je regarde en bas des tarifs la petite note: habitants de Schaerbeek, -10% (remise en dehors non prise en compte si autres promotions). J'admire Clerfay et sa bande, négocier une telle réduction pour les autochtones, on frise la totale abnégation et un bénévolat sans faille...Ah oui, j'écrit à Clerfay et consort pour dire que quoique farouchement Bref, si vous voulez vous aussi aider des jeunes dynamiques et plein d'espoirs victimes des préjugés à se faire de chouettes copines en Mini One (faut aller sur le parking, c'esst tout un poème avant d'être un cliché qui n'en est même hélas pas un), surtout n'hésitez pas...Bref, des sous pour le sport en communauté française! Putain, quand je pense qu'il y a même certainement eu des décisions communales pour pouvoir construire cette horreur et affecter tout ce parking à des petits culs moulés qui feraient mieux de courir sous la pluie.

14:06 Écrit par Lester dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.